LA COMMUNAUTE DES GIELS
Bienvenue à toi noble Giel !

3- LA GUERRE DES BEZUDS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

3- LA GUERRE DES BEZUDS

Message par Admin le Jeu 29 Sep - 22:02

Les conséquences de l’attaque sont graves et le Roi-Tyran convoque immédiatement ses conseillers. Il faut rapidement prendre la mesure de l’adversaire et engager des contre-mesures. Il y va de la survie de la Voile.

On fait donc venir tous les rescapés et on les interroge un à un sur les circonstances, leur demandant d’être le plus précis possible quant à la description des évènements.

Certains, toujours sous le choc, sont incapables de prononcer le moindre mot. Mais petit à petit la vérité se fait jour. L’attaque a été opérée simultanément par des groupes de trois monstres sur tout le périmètre du campement. Mesurant autour de deux mètres cinquante de hauts, fichés sur leurs pattes de derrière, ils ont une énorme mâchoire dont les dents broient jusqu’au métal.

Des témoins parlent de personnes instantanément coupées en deux sous l’impact. Recouverts d’écailles, flèches et javelots, ricochent dessus sans leur faire le moindre mal. Les coups d’épée ne semblent guère plus efficaces.

Véloces, précis, ils tuent pour tuer et non pas pour se nourrir à ce qu’il semble. Personne n’a vu quelqu’un se faire dévorer. Une fois tuée, ils jettent leur victime au loin et poursuivent leur œuvre.

Il faut en savoir plus sur ces bêtes. La décision est prise d’envoyer une faction d’éclaireurs  sur l’île afin d’en apprendre plus. Ceux-ci ne reviendront pas !

Dans les semaines qui suivent les expéditions se succèdent sans succès et bien que certaines ne soient pas détruites et trouvent leur salut dans la fuite, les informations récupérées sont rares et fragmentées.

Pour exorciser la peur, on donne alors le nom de Bezuds à ces lézard-oiseaux géants. Pourquoi ? Nul le sait mais un jour le nom est là et imprègne toutes les têtes.

Le temps presse, on décide d’en capturer un avec un filet et de le laisser mourir en l’air au- dessous du bateau. Le Dfinor est désigné pour la tâche. Sur le coup les mouvements du monstre sont si violents qu’ils manquent de détruire le navire. Mais les heures passants celui-ci s’affaiblit et ne bouge presque plus. Cependant les gémissements de la bête sont insupportables, il semble appeler ses congénères, les supplier de venir l’aider. Sur l’île des réponses se font entendre.

Un grand conseil est alors organisé par le Guard à la demande du Grand Maru. Celui-ci a lu dans des entrailles de poisson qu’il fallait libérer le monstre.

Plusieurs heures de débats éprouvants après, on convient que le tuer ne servirait à rien sinon qu’à exciter plus encore ses congénères furieux de la prise d’otage et qui semblent pour le moins doués d’une certaine intelligence si on prend en compte leurs comportements sociaux.

Le Guard décide donc et l’animal est relâché. Bizarrement, 2 Bezuds viennent à la rencontre du Bezud libéré.

La situation n’a toutefois pas évoluée.

Quelques semaines passent encore, consacrées principalement à l’observation des Bezuds. Les groupes de 3 comprennent un animal aux écailles dorées, une femelle, un animal plus grand qui se trouve être le mâle et qui a les écailles de couleur rouge, quant au plus petit les écailles prennent tantôt des teintes vertes et/ou bleues. Une famille.

Ils vivent dans des trous de falaise au nord de l’île et mangent autant du poisson que les  animaux terrestres et les deux se trouvent en abondance sur l’île qui est à la fois poissonneuse et giboyeuse. Etrange qu’ils ne nous mangent pas !!!

Les observateurs ont remarqué que les Bezuds se reposent tous ensembles sur une période de 6 heures durant la nuit et qu’à cette période de l’année l’aube se lève de bonne heure donnant une possibilité de lancer une attaque.

Un groupe de 100 guerriers est déposé, armés jusqu’aux dents, au petit matin juste avant la forêt. Mal leur en prends, à peine débarqués, alors qu’on croyait les Bezuds totalement endormis, ils se font attaquer. Un tiers de l’unité seulement en réchappe.

A bord des vaisseaux, le moral est au plus bas. On pleure les disparus. L’observation toutefois ne relâche pas. En fait les Bezuds ne dorment pas  tous. Ils postent des guetteurs à l’entrée des grottes et dans la forêt qui se relaient 2 fois par nuit. Un jour un observateur revient avec une information surprenante. Les Bezuds muent.

Ils se débarrassent de leurs vieilles écailles qu’ils jettent à la mer et apparaissent dans des nouvelles toutes neuves, flamboyantes.  Les écailles jetées flottent un temps puis sombres au fond de la mer. On décide alors de les récupérer et c’est ce qui est fait promptement avant que la période la mue se finisse.

La pêche est bonne et on ramène à bord des vaisseaux des kilos d’écailles dorées, rouges, vertes et bleues. Elles sont magnifiques. Leur solidité est fantastique, comparable à celui des meilleurs aciers. Les tentatives de destructions s’avèrent vaines. Il s’agit là, donc, d’un matériau des plus précieux. Les artisans décident donc de tenter de les utiliser. Les chimistes s’y mettent aussi pour les mettre en forme et trouver comment les découper. Après de nombreuses tentatives et échecs, ils y parviennent enfin et les premiers éléments d’armure sont constitués. Ils sont offerts au Guard.

Pendant ce temps-là les expéditions successives, principalement pour récupérer des vivres et de l’eau douce s’avèrent très couteuses en homme. Peu se portent volontaires pour ces raids meurtriers. Le plus inquiétant est que le niveau de carburant continue de baisser dangereusement.

Ayant repéré les zones à épice et en huile minérale décrites par les premiers explorateurs, des tentatives sont alors réalisées pour récupérer ces biens vitaux. Demi-succès, car si petit à petit on arrive à stabiliser le niveau de carburant, la Voile est quand même saignée à blanc car les pertes s’accumulent et les effectifs se réduisent.

Le Guard décide alors pendant un temps de n’autoriser qu’exceptionnellement les descentes sur l’île afin que la Voile puisse reprendre son souffle. Pendant ce temps-là on récupère de plus en plus d’écaille. Un artisan ingénieux conçoit un jour un casque composé en grande partie d’écailles ainsi qu’un bouclier. Les deux sont de belle facture et visiblement des équipements de choix. Les guerriers se les approprient rapidement.

Cela fait maintenant de nombreuse années qu’ils se retrouvent coincés au-dessus de l’île et le Guard décide alors de réaliser de grandes réformes.

La Voile s’appellera désormais la Voile des Giels (les gens du Ciel), un haut conseil (le Ciel) et un bas conseil sont nommés (les Nuages).* voir l’organisation des Giels.

Une fête est aussi décidée pour le prochain solstice (dans quelques semaines), afin d’honorer les combattants disparus. Des soirées et des jeux sportifs sont organisés pour maintenir moral et vigueurs des troupes car l’espoir est ténu.

En parallèle, le Guard organise l’armée en 3 corps distincts qu’il fait s’entrainer à outrance en prenant en compte de nouvelles techniques de combat mises au point lors des rencontres avec les Bezuds. On s’est en effet aperçu, non sans frayeur, que les Bezuds que l’on croyait animal uniquement terrestre, ont la capacité de planer par grand vent en déployant des ailes semi-rigides. On en voit certains planant par grand vent pas loin des vaisseaux. La crainte grandit d’autant.

On équipe alors certains guerriers des ailes récupérées lors des mues et on les nomme guerriers Bezuds. Des tests pour apprendre à planer à partir des bateaux volants sont alors effectués. Au début difficile et parfois périlleux et mortel, ces vols planants sont ensuite maîtrisés, principalement grâce aux observations faites sur les Bezuds.

A partir de là, l’imitation de ces animaux devient une mode à bord. Plus le temps passe, plus les Giels regardent les Bezuds avec intérêt.

A la même époque, un Maru magicien met même au point un sort « rafale de vent » très utile pour faire décoller un guerrier en l’absence de vent. Le Guard institue aussi un rite de passage à l’âge adulte pour les plus de 18 ans garçons et filles. La conscription touche à présent tout le monde. Il s’agit de sauter sans le savoir dans le vide à partir d’un bateau volant en altitude pour être ensuite récupéré par un guerrier Bezud ou un vaisseau volant planant un peu plus bas. Volonté, courage, confiance en l’autre et esprit de corps en sont le résultat. Le refus est impossible et l’échec mortel. Les Giels s’unissent et s’endurcissent.

Tout cela occupe bien les Giels mais leur condition de gens du Ciel s’avère toujours plus délicate. Un matin cependant l’information qui remonte jusqu’au Guard le laisse pantois. Les Bezuds auraient disparus !!! Serait-ce une ruse ? Il réunit alors le Ciel et les Nuages. De nouvelles informations confirment la première.

Les 3 vaisseaux sont alors envoyés pour une observation rapprochée. Rien, aucune trace, leur absence devient pire que leur présence car on sait plus du tout à quoi s’attendre. Deux guerriers Bezuds expérimentés équipés d’ailes Bezud Stackator et Erinor, sont alors déposés en éclaireur en haut des falaises.

Au bout d’une heure, vivants, ils demandent à remonter. Leur récit est incroyable. En fait les Bezuds sont endormis dans les grottes … ils hibernent !!! Stackator a même ramené quelques griffes.

L’excitation des Giels est à son comble. Une euphorie communicative les prend et les voilà qui dansent de joie et pleurent de bonheur sur tous les navires. Mais rapidement une question arrive « combien de temps l’hibernation des Bezuds va-t-elle durer ? ».

Des guetteurs sont alors installés avec des cornes d’alerte devant les grottes et on en profite pour descendre sur l’île pour récupérer, de l’eau, de la nourriture et bien sur les constituants du fameux carburant.

Certains parlent alors de repartir vers Orya mais ils sont peu nombreux, les Giels ne sont plus les Raf'AlGuard qu’ils étaient auparavant, eux aussi ont mué.  D’autres parlent de massacrer les Bezuds pendant leur sommeil, de les emmurer vivants ou de les brûler. Mais la peur paralyse les initiatives.

Le Roi-Tyran et ses deux conseils sont en session permanente. Les jours passent et un certain confort s’installe. Certains plongent même dans l’océan pour y récupérer des écailles. Pêche, chasse, cueillette, plantation même de blé, d’orge et de maïs. L’insouciance règne. Le bonheur attendu est là. On en profite pour visiter de fond en comble l’île. Au sud-est le volcan "Pépère" crache des laves rouges ou noires, on le respecte car il doit être un des fils de Syphos, la petite rivière acide qui y coule aussi intéresse fortement les chimistes. L’exploitation de l’huile minérale s’organise. On fait des stocks. Au nord-ouest, une zone protégée d’une barrière rocheuse semble le parfait endroit pour y installer une citée d’autant que la barrière rocheuse recèle un gisement de marbre blanc magnifique. Silicor la citée des nuages va-t-elle enfin naître ?

Quand les Bezuds vont-ils se réveiller ? C’est la question qui chagrine le Guard qui demande un rapport des guetteurs heure par heure. La nuit tout le monde se retire dans les vaisseaux pour plus de sécurité.

Un matin alors que les guetteurs se mettent en place devant chaque caverne, un bébé Bezud sort de l’une d’entre-elle. Le guetteur se recule terrifié, le bébé fait quand même plus d’un mètre de haut, puis s’immobilise figé, mué. Le bébé vert s’approche alors de lui et commence à sentir son armure faite d’écailles. Rassuré il continue son chemin. Pendant que  le guetteur le suit des yeux, sa mère sort à son tour suivi du père, passent à côté du guetteur, le reniflent et s’en vont vaquer plus loin rejoignant le bébé. Le guetteur ne bouge toujours pas tant la peur le tenaille.

Une scène identique se produit devant les autres cavernes. Les Bezuds sentent les guetteurs équipés d’écailles puis les laissent tranquille. La chose est surprenante mais réelle. Les écailles ont le pouvoir de protéger des Bezuds ceux qui les portent.

La nouvelle se répand dans toute la Voile. Le Guard décide même de descendre sur l’île pour  vérifier de part lui-même ce fait incroyable.

La guerre des Bezuds vient de prendre fin  et ils vont pouvoir, enfin, s’installer sur l’île.

.
avatar
Admin
Admin

Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2016
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur http://lacommunautedesgiels.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum